Première page (f)Page précédente (p)Planches contact (vignettes)Page suivante (n)Dernière page (l)

Saint Christophe - 7/8

Auto : 5 s.

Page précédente (p)Page précédente (p)

Saint Christophe

 

Le nom Christophe signifie "porteur du Christ". Au 5ème siècle se répand la légende, probablement formée autour d’un noyau historique difficile à préciser, d’un barbare à tête de chien du nom de Reprobos (mais on le trouve aussi sous d’autres noms) qui, au 3ème siècle, a été enrôlé dans la légion romaine, est devenu chrétien et a subi le martyre. On l’appelle Christophe parce qu’il a été porteur du Christ jusquà en mourir. Cette histoire, qui a vu le jour dans les parties orientales de l’empire, est à la base de certaines icônes grecques de Saint Christophe, sans enfant sur ses épaules mais avec une tête de chien.

 

Plus tard, en occident, on raconte l’histoire du bon géant (à tête humaine) qui ne veut mettre sa force qu’au service du plus grand maître et sert successivement un puissant seigneur, le diable et finalement le Christ, mais ce dernier - sans l’avoir lui-même rencontré - en se mettant au service des autres. Sur les conseils d’un ermite il s’installe comme passeur au bord d’un fleuve dangereux sans pont pour porter les voyageurs d’une rive à l’autre. Un jour, un enfant qu’il véhicule de cette façon devient de plus en plus lourd sur ses épaules; il reconnaît en lui le Christ. (“Tu as porté celui qui porte le monde”). Un miracle le lui confirme: son bâton, planté en terre, devient un jeune arbre verdoyant. C’est ce Saint Christophe (l’histoire est brodée autour de son nom) qui devient le protecteur des voyageurs dont l’image se trouvait souvent aux portes de sortie des villes, à l’entrée des ponts et, surdimensionnée, dans les églises, près de la sortie, comme les deux représentations de Saint Pierre le Jeune. Dans la “Légende dorée” de Jacques de Voragines (13ème siècle), l’histoire de Saint Christophe se présente déjà comme une combinaison des deux légendes.

Page suivante (n)Page suivante (n)